Déconfinement : « Ce sera difficile de faire sortir les personnes autistes de leur confort »

Karin Lafaille, psychologue à Brive au cabinet Arboresence & Emergence
Photo : Frédéric Lherpinière

D’un côté, la détresse des familles. De l’autre, le confort des autistes dans un monde qui se conformait enfin à eux. À l’heure du déconfinement, ils devront pourtant se faire violence pour retrouver leurs repères. Explications auprès de la psychologue Karin Lafaille, à Brive.
Pourquoi le confinement était une situation agréable pour les autistes ?
« Comme Josef Schovanec a dit, pendant le confinement, “c’est le monde qui s’est mis à leur portée. On a inversé les rôles. C’est quelque chose que j’ai ressenti auprès de mes patients, car revenir à la maison, c’est revenir vers leur socle de sécurité. Ce que les personnes autistes n’aiment pas, c’est gérer les transitions. Tous les changements et tout ce qui est nouveau, comme initier une conversation vont être compliqués. Donc, lorsqu’ils vont à l’extérieur, à l’école, au travail, c’est une transition. Ils ont besoin d’installer des routines pour être rassurés …

Source : Cerveaux (extra) ordinaires

Retour haut de page